Centre des Etudes Anthropologiques et Sociologiques

Le Centre des Etudes Anthropologiques et Sociologiques (CEAS) est l’un des sept centres d’études et de recherches de l’Institut Royal de la Culture Amazighe. Dédier un centre aux deux principales branches des sciences sociales, l’anthropologie et la sociologie, est un atout positif pour notre institution. Ces disciplines apportent beaucoup à la compréhension de la société et à l’intelligibilité des mutations socioculturelles et de leurs effets sur la vie et la permanence de ce qui la fonde et permet sa reproduction. Elles comportent des éléments pouvant toujours faire d’elles d’importants outils pour appréhender et comprendre l’impact des transformations sociétales sur le devenir de la culture et de la langue.

Promis à la recherche dans le champ des sciences sociales sur les différents aspects de la culture amazighe, le CEAS a pour ambition d’améliorer la recherche scientifique en général et l’étude des diverses dimensions du système pratico-représentationnel amazigh en particulier. Il abrite deux unités : (UER Anthropologie et UER Sociologie), composées de chercheurs en sociologie, anthropologie et histoire sociale. Son profil repose ainsi sur la complémentarité pluridisciplinaire.

Depuis son lancement, le CEAS s’est fixé comme objectif l’étude des faits sociaux et culturels en milieux amazighs, l’inventaire des aspects du patrimoine culturel (matériel et immatériel) et la participation aux programmes de formation et d’encadrement des études amazighes. Et ce, en collaboration avec les autres centres de l’Institut et avec les institutions universitaires et scolaires partenaires. A travers des colloques, rencontres et projets de recherche externalisés, le CEAS a pu réaliser ses premiers travaux comme, par exemple, Droit et société au Maroc (2005), Le rôle de la femme dans la préservation de la culture amazighe (2008), Les plats du terroir (2006) et Patrimoine et musées au Maroc (2007).

Après cette première période de fondation, le Centre s’est engagé dans une nouvelle perspective de recherche fondée sur l’investissement de l’identité pluridisciplinaire de ses membres. Elle consiste en l’élaboration des programmes de recherche conjointe mobilisant, dans un esprit de concertation, d’articulation et de complémentarité, les diverses origines disciplinaires de ses membres et leurs centres d’intérêt et terrains d’enquête différents.

Dans ce cadre, il a réalisé des études collectives sur certains aspects socioculturels des communautés amazighes comme « les formes et significations de l’action collective », « les éléments de la définition de la culture amazighe », « le droit local » (son organisation, les lois de son fonctionnement et ses instrumenta-lisations), « la transmission culturelle »…

Le CEAS a également mis en place une stratégie orientée d’édition de travaux de qualité tels que Monographie d’une tribu du Haut-Atlas Irguiten (2007), Tada chez les Zemmour (2008), Ssi Brahim Akenkou (2010), Anthropologie des plus proches (2012), Le sang et le sol (2012), et d’édition de textes emblématiques sur l’histoire et les pratiques culturelles comme Le caïd Najem (2013) et Le coutumier de Tamaloukt (2015).