Des spécialistes marocains et étrangers se penchent à Rabat sur les perspectives du développement de l'Amazigh via les TIC

"Les technologies d'information et de communication pour l'Amazigh" a été au centre de discussions entre spécialistes marocains et étrangers, lors d'une conférence internationale, organisée lundi à l'Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM) à Rabat. Organisée par le Centre des études informatiques, des systèmes d'information et de communication (CEISIC), cette conférence biannuelle a pour objectif de promouvoir la langue amazighe et lui permettre de s'adapter aux récents développement technologiques, a précisé le recteur de l'IRCAM, M.Ahmed Boukouss lors d'une allocution d'ouverture de cette rencontre de deux jours.

Cette conférence, qui connait la participation de professeurs et chercheurs représentant des institutions scientifiques et universitaires du Maroc, d'Algérie, d’Égypte, de Tunisie et de France, sera centrée essentiellement sur l'intégration des nouvelles technologies dans l'enseignement de la langue Amazighe et le rôle que peuvent jouer les médias dans la promotion de cette langue, a ajouté M. Boukouss. Le programme de cette conférence comprend plusieurs axes, à savoir "l'apprentissage de la langue amazighe à médiatisé par la technologie","la conversion numérique vers le Braille" "la traduction automatique des langues" ainsi que d'autres axes de recherches qui sont en étroite relation avec les technologies d'informations dans leur relation avec la langue amazighe. Instauré depuis 2004, cette conférence internationale sur les technologies de l'information et de la communication pour l'Amazigh (TICAM) a pour objectif de rassembler des chercheurs de disciplines relevant du domaine de la technologie d'information et de communication appliquée aux langues naturelles afin de communiquer des travaux de qualité, d'échange et de fertiliser des idées nouvelles.        

                                                                                                        Rabat, 28/11/2016 (MAP)