IRCAM: Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle

L’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) a organisé, vendredi soir à son siège à Rabat, une manifestation culturelle, en célébration de la Journée internationale de la langue maternelle, avec la participation de représentants de plusieurs pays étrangers.

Initié en partenariat avec l’UNESCO-Maghreb, la Faculté des sciences de l’Education, ainsi que l’Agence marocaine de Coopération internationale (AMCI), sous le thème « Vers un avenir durable grâce à l’éducation multilingue », cet événement, qui en est à sa 14ème édition, ambitionne de valoriser les langues maternelles du monde à travers des titres musicaux, des pièces théâtrales, des chorégraphies et des récits poétiques, produits par des participants vêtus d’habits traditionnels symbolisant leurs pays d’origine.

Le recteur de l’IRCAM, M.Ahmed Boukous, a souligné, dans une déclaration à la presse, que l’Institut a veillé à célébrer annuellement cette Journée internationale de la langue maternelle qui revêt un grand intérêt, eu égard à sa capacité de rassembler des « interlocuteurs de différentes langues du monde, aussi bien africaines, asiatiques qu’européennes ».

Cette rencontre à laquelle ont pris part des représentants de missions diplomatiques accréditées au Maroc et d’organisations nationales, régionales et internationales, a constitué une occasion de faire connaitre aux étudiants étrangers résidant au Maroc les réalisations de l’Institut et de mettre en relief l’ouverture de la langue et la culture amazighes sur l’ensemble des autres cultures et langues internationales.

« L’éducation et l’information dans la langue maternelle sont primordiales pour améliorer les moyens d’apprentissage, développer la confiance et l’estime de soi, qui figurent parmi les plus grands facteurs de développement », a indiqué la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans un message adressé à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, et dont lecture a été donnée par le représentant de l’UNESCO-Maghreb, Salah Khaled.

Mme Bokova a, dans ce sillage, appelé à ce que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux.

Selon l’Unesco, grâce à la maîtrise de la première langue ou langue maternelle, les compétences de base en lecture, écriture et calcul peuvent être acquises. Les langues locales, en particulier les langues des minorités et des peuples autochtones, transmettent la culture, les valeurs et le savoir traditionnel, jouant ainsi un rôle important dans la promotion d’avenirs durables.

L’UNESCO célèbre le 21 février de chaque année la Journée internationale de la langue maternelle depuis sa proclamation en 1999, en vue de consacrer la diversité linguistique et l’éducation multilingue.

MAP